CLIP Moncey-Préfecture

Intervention – Anne Brugnera
CLIP
Conseil métropolitain du lundi 16 décembre 2019

Monsieur le Président, Chers collègues,

À la fin des années 1980, dans le cadre de la restructuration du quartier Moncey-Préfecture, a été lancé le projet de renouvellement urbain – comprendre de démolition reconstruction –de l’axe Moncey. Ce projet poursuivait deux objectifs : l’un était de relier la place du Pont au quartier de la Part-Dieu, et l’autre, moins avouable, de procéder à l’éviction des populations modestes qui habitaient ce secteur.

Ce projet n’a jamais vu le jour, victime comme tant d’autres de la crise immobilière, ce dont nous ne pouvons aujourd’hui que nous réjouir, tant il aurait été préjudiciable au patrimoine de notre troisième arrondissement. Néanmoins, un bâtiment, ou plutôt un ensemble de deux bâtiments, fut réalisé, le Centre Liberté-Péri, alias le CLIP, dessiné par l’architecte René Gagès.

Ce bâtiment devait s’inscrire dans l’axe d’une perspective Moncey légèrement décalée par rapport à la rue actuelle, dans le prolongement des bâtiments de l’alliance française et de la DDCS. L’échec de l’opération d’ensemble a donc produit un effet contraire à celui qui était initialement prévu : la perspective ouverte par le CLIP bute immédiatement sur un immeuble. Pire, le CLIP pose des problèmes de fonctionnement urbain : illisibilité pour le piéton qui arrive depuis la rue Moncey et enclavement de la place Pierre-Simon Ballanche avec tous les effets pervers que nous connaissons en termes de sécurité : cette place fermée est en effet un haut-lieu pour différents trafics. Bref, le CLIP enferme aujourd’hui le quartier Moncey tandis que nous souhaitons au contraire l’ouvrir, le rendre plus accessible.

Au début de ce mandat, comme vous le savez, nous avons décidé de requalifier l’axe Moncey avec l’objectif de le transformer en promenade arborée. Ce projet est essentiel pour la qualité de vie des riverains de l’ouest du 3è, mais c’est aussi un projet de liaison piétonne structurant pour la rive gauche du Rhône, dans l’objectif qui m’est cher de faire de Lyon une ville « marchable ». La requalification de cet axe ne sera toutefois complètement réussie que lorsque la place Ballanche sera rénovée, et particulièrement lorsque nous aurons réussi à l’ouvrir.

Depuis plusieurs années, la mairie du 3è arrondissement poursuit cet objectif d’ouverture de la place Ballanche, de reconstruction de la continuité Moncey -place du Pont. Différents scénarios ont été étudiés et travaillés en concertation avec les habitants et le conseil de quartier. Il y a aujourd’hui un consensus pour dire que cet objectif passe par une démolition, au moins partielle, du CLIP, afin de réparer l’erreur qui a été commise il y a maintenant 25 ans.

La délibération qui nous est proposée aujourd’hui instaure un droit de préemption renforcé sur les deux parcelles du CLIP. C’est un préalable nécessaire : en effet la structure de propriété du CLIP est complexe et le droit de préemption urbain ne permet pas d’intervenir sur les ventes soumises au régime de copropriété. La mise en place de cet outil est donc déterminante pour permettre une maîtrise publique de la propriété de ce bâtiment et permettre la réalisation de nos objectifs pour ce secteur.
Bien sûr, il faudra travailler ce projet étroitement avec les associations de riverains mais aussi avec les structures utilisant ce site afin qu’elles puissent maintenir leurs actions dont notre territoire a besoin (accueil des étudiants, associations d’entraides…).

Pour l’ensemble de ces raisons, le groupe Socialistes et républicains métropolitains votera favorablement ce rapport qui participe pleinement à notre volonté de corriger les disfonctionnements de ce quartier.

L’urbanisme y participe et nous voulons en être pleinement acteurs. Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed