Soutien à ATMO

Intervention – Romain Blachier
Soutien à ATMO
Conseil métropolitain du lundi 8 juillet 2019

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Vendredi dernier, la qualité de l’air dans notre métropole a encore atteint un seuil critique, qui met en danger la santé de tous, et en particulier des plus fragiles d’entre nous : nourrissons, personnes âgées, malades, femmes enceintes.

La qualité de l’air que nous respirons est une source vitale, au même titre que l’eau et la nourriture. Elle n’est pas, pas plus que notre humanité, négociable, sauf à être à être inhumains et suicidaires.

Pourtant, aujourd’hui l’ensemble des grand lyonnais est soumis à des particules fines d’un niveau supérieur aux recommandations de l’OMS. Pourtant près d’une quinzaine de milliers de grands lyonnais subissent un taux de dioxyde d’azote alarmant, et près de 50000 d’entre nous sont concernés par des dépassements de la cible ozone dans la Métropole de Lyon.

C’est une situation qui est inadmissible, mettant nos concitoyens en insécurité oxygénique, au même titre qu’on peut être en précarité sociale ou en insécurité pour ses biens ou sa vie.

Notre groupe salue bien évidemment le soutien à l’ATMO, une organisation qui effectue un travail d’accompagnement remarquable sur la qualité de l’air avec la métropole Entre autres choses l’association s’est investie dans le plan d’éducation à l’environnement et au développement durable de la Métropole. Elle agit également dans le fond air bois ou dans l’accompagnement de la zone à faible émission.

Nous voterons bien évidemment cette délibération en saluant aussi la démarche open data qu’entame l’Atmo et qui permettra à des collectifs citoyens de s’emparer avec intelligence du sujet de la qualité de l’air.

Mais cela est-il suffisant face au défi ? Éduquer les citoyens, mesurer l’air c’est bien. Agir pour changer les choses c’est encore mieux.

C’est pourquoi nous avons renforcés les transports en commun et déclasser l’A6/A7.

C’est pourquoi, demain nous renforcerons encore la place du vélo, nous en finirons avec ce périphérique tronqué à l’ouest et nous responsabiliserons l’industrie. Nous soutiendrons davantage la recherche et le développement des green techs. Il y a des solutions aussi dans la science, n’en déplaisent aux collapsologues les plus bornés !

Voilà des pistes qui feront que demain, espérons-le, l’ATMO aura moins de travail que ce que l’on demande aujourd’hui, et qui soulageront les poumons des bébés de la Métropole mais aussi de nous tous qui y vivons.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed