Rapport développement durable

Intervention – Romain Blachier
Rapport développement durable
Conseil métropolitain du lundi 10 décembre 2018

 

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Questions d’environnement, marches pour le climat et  contestation de la taxation des énergies fossiles agitent l’actualité.

Il est bon que notre Métropole continue de prendre sa part dans les débats qui agitent notre monde comme le montre ce rapport.

Loin d’être quelque chose d’abstrait, les indicateurs montrent que les habitants de notre Métropole prennent une part de plus en plus grande sur les questions de développement durable et d’écologie.

Ils nous interrogent :

C’est Morgane de Bron qui souhaite qu’on réfléchisse à l’éclairage des magasins.

C’est Céline, cycliste avec ses deux adorables petits, qui insiste sur la nécessité de rendre les équipements pour enfants accessibles en vélo pour sensibiliser les plus jeunes à leur usage dès le départ.

C’est Elsa de la Guille et Sophie qui veulent institutionnaliser les composts déjà soutenus par la Métropole et leur voisine Aline qui veut plus de jardins collectifs.

C’est Nicolas, enseignant, qui nous questionne sur le prix des transports en commun.

C’est Nathalie qui propose de challenger les grandes entreprises locales sur leur production de déchets.

C’est Véronica de Saint-Priest qui voudrait plus de connections de transports en commun entre villes en périphérie.

Ou Jérôme de Gerland, qui souhaite qu’on oblige à la microproduction énergétique dans les bâtiments neufs ainsi qu’au développement de l’usage des smartgrids.

C’est enfin Laura du Vieux-Lyon qui rêve d’une Métropole zéro déchet.

Et ces évolutions nous devons continuer à y être très attentif. C’est pour ça que nous nous dotons d’un observatoire pour un territoire durable et résilient.

Les chiffres dont nous disposons actuellement sont encourageants. Ils montrent que nous apportons des réponses à  beaucoup de ces interrogations et nous travaillons activement à relever les nouveaux défis qui nous sont posés.

C’est par exemple le cas au niveau de la production alimentaire avec le soutien que nous apportons aux filières courtes, à l’agriculture biologique et la stratégie alimentaire territoriale que nous menons.

Par ailleurs les chiffres de l’existant sont encourageants : le nombre de jeunes sans diplôme est en baisse, la part du vélo augmente, se rapprochant de celle de la voiture et l’économie sociale et solidaire connait un essor intéressant.

Et si les marges en matière d’isolation des bâtiments sont encore importantes,  à ce jour, les actions engagées en faveur de la rénovation globale des logements correspondent à un gain de 23 kilotonnes de CO2/an.

Le chemin est long, il doit se faire avec tous, de façon juste mais nous sommes ravis que la Métropole prenne toute sa part dans le combat pour un monde plus sain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed