Débat d’orientations budgétaires 2019

Intervention –  Stéphane Gomez
Débat d’orientations budgétaires 2019
Conseil métropolitain du Lundi 10 décembre 2018

 

Monsieur le Président, chers collègues,

Année après année, notre Métropole se structure et s’affirme (et vous me permettrez contrairement à d’autres de ne parler que de notre Métropole, ce n’est pas se retrancher sur le local, s’est respecté le cadre démocratique dans lequel nous avons été élu). Année après année, notre Métropole donc affine ses politiques et montre sa pertinence pour mieux répondre à nos enjeux d’aujourd’hui et de demain. Année après année, elle monte en puissance et démontre la pertinence du choix de sa conception.

Alors face aux attaques dont elle fait l’objet aujourd’hui de la part de certains -dont chacun a bien compris qu’elles sont plus à visées électoralistes que politique et que cela ne va probablement pas s’arrêter plus les échéances de 2020 approchent-, nous nous sommes intéressés à ce qui avait été dit en ces lieux lors du premier Débat d’Orientation Budgétaire de notre Métropole, à savoir le DOB 2016.

Nous avions à l’époque été particulièrement nourris en prédictions alarmantes. On nous expliquait par exemple que la structure financière que nous avions constituée nous menait à une dégradation budgétaire non maitrisée [LR]. Que les marges de manœuvres que nous annoncions n’étaient potentiellement rien de plus que de la communication, que le pacte de cohérence métropolitain sur lequel nous travaillions alors ne nous permettrait pas d’avancer vers une meilleure organisation. Que notre collectivité locale finirait écrasée sous le poids de ses dépenses sociales et ne serait plus en capacité d’investir [FN] ou encore qu’elle serait asphyxiée par la baisse des dotations de l’État [PCF].

Trois ans plus tard, nous pouvons constater le chemin parcouru. A l’inverse des prédictions énoncées, nous sommes parvenus à augmenter l’aide que nous apportons à nos concitoyens les plus fragiles, au travers de l’Allocation Pour l’Autonomie, la Prestation de Compensation du handicap, le Revenu de Solidarité Active, et à la protection de l’enfance et plus particulièrement à l’accompagnement des mineurs non accompagnés. Nous avons construit le schéma des solidarités qui est aujourd’hui mis en œuvre après un travail important avec les acteurs de terrain, les services et les élus pour améliorer la qualité du service rendu à notre population.

Nous avons également participé au redressement des comptes publics en absorbant les fortes baisses de la DGF tout en soldant les emprunts toxiques hérités du Département du Rhône. Aujourd’hui nous sommes en capacité de respecter la contractualisation avec l’État visant à limiter l’augmentation de nos dépenses de fonctionnement à +1,19%.

Et dans le même temps, nous avons aussi poursuivi le développement de notre agglomération.

Son développement économique en accompagnant nos entreprises dans le cadre du « Programme de Développement Économique 2016-2020 », avec son volet social grâce à la mise en œuvre du Programme Métropolitain d’Insertion pour l’emploi (PMI’e).

Nous avons également travaillé à l’amélioration de notre qualité de vie, avec la réalisation de nombreuses opérations de rénovation urbaine, l’extension de nos transports en commun et le renforcement des modes de déplacement doux et de l’intermodalité par notre syndicat de transports, et aussi en renforçant la lutte contre la pollution, répondant ainsi à une demande forte de nos concitoyens.

Le développement de notre Métropole passe aussi par l’extension et la construction de nouveaux collèges pour répondre à l’évolution de notre population, parfois dans l’urgence du fait des retards pris en son temps par le Conseil Général du Rhône (et je ne manque pas de croire que nous aurons encore l’occasion d’en parler durant ce Conseil).

Notre collectivité a également travaillé à de nouveaux modes de coopération comme le Pacte de Cohérence Métropolitain passé avec nos communes pour améliorer les interactions, développer les synergies et mutualiser les moyens dans l’intérêt de nos territoires. De la même façon, de nombreuses expérimentations ont été lancées pour trouver de nouveaux modes de gestion, des réponses à de nouveaux besoins, des marges de manœuvres pour déployer de nouvelles actions.

Toutes ces actions, tout ce travail réalisé ont posé les bases sur lesquelles notre Métropole va poursuivre son développement pour les années à venir et je pense que nous pouvons être fiers du travail réalisé et qui porte ses fruits aujourd’hui.

Loin de la catastrophe annoncée, notre institution a prouvé sa pertinence et préserve, année après année sa capacité d’investissement. Sa structure financière issue de nos orientations politiques et de sa bonne gestion permet de récolter les fruits de notre développement économique pour financer l’augmentation de nos besoins sociaux et les nouvelles exigences de nos concitoyens notamment en termes de services au public et de développement durable.

Notre PPI est bien sûr un levier important du développement de nos territoires, grâce à la volonté qu’a eu l’Exécutif de notre Métropole de ne pas la construire de manière isolée mais bien dans un dialogue avec les différents Maire de notre agglomération. Je veux le préciser tout de suite, car à écouter certains depuis quelques temps qui se plaignent des dossiers qui n’avancent pas assez vite, je me dis qu’ils oublient aussi toutes les fois où ils sont intervenus dans cette assemblée pour se féliciter de toutes les réalisations, de tous les lancements d’autorisations de programme votés ici par les élus de cette Métropole.

Et je ne manque pas de croire d’ailleurs que, en 2020, ils n’oublieront pas de dire à leurs concitoyens que si ces réalisations sont les leurs, elles sont aussi celles de la Métropole et de son Exécutif.

La réalité, c’est que depuis 2016 nous conservons un rythme soutenu de réalisations, sur l’ensemble de notre territoire, dans l’ensemble de nos communes.

Ce rythme des réalisations se poursuit et s’accélère encore cette année avec une limite d’autorisations de programme fixée à 750 M€ pour cette année, alors qu’elle était déjà à 650M€ l’année dernière.

Nous devrions avoir, à la fin de l’année 2019, individualisé 92% des 3.52 Mrd € d’euros de PPI que nous avons validé dans notre projet de PPI 2015-2020.

Nous en avions d’ores et déjà réalisé plus de 1.7Mrd en cette fin d’année 2018, soit plus de 48% de l’enveloppe votée et de nombreux chantiers sont aujourd’hui en cours comme nous pouvons tous le constater.

Mais cela n’empêche pas certains d’entre vous de nous reprocher une PPI qui ne se réaliserait pas -ignorant volontairement le temps nécessaire des projets qui reporte ici comme dans les communes le principal des réalisations à la fin des mandats-, ou alors de sous-entendre qu’elle ne se réaliserait pas pour tout le monde.

Il faut de plus rappeler que la création de notre Métropole en 2015 a mobilisé beaucoup d’énergie de notre part à tous, élus et services, qu’il a fallu trouver les équilibres pour que les personnes issues du Département du Rhône et de la Communauté Urbaine puissent travailler ensemble dans les meilleurs conditions possibles et cela a nécessairement ralenti les projets que nous pouvions lancer. L’ambition de la Métropole, ce n’est pas une juxtaposition de Services mais la création de nouvelles synergies au profit de l’action publique donc des Grands Lyonnais et des Grandes Lyonnaises.

Il faut également rappeler qu’en 2014, un certain nombre de Commune ont changé de Maire et que dans certaines d’entre elles, le nouvel Exécutif a légitimement fait le choix de remettre les projets urbains prévus sur le plan de travail et d’en supprimer parfois certains, d’en inscrire d’autres, ce qui nécessairement, a un impact sur la temporalité de leur réalisation. Alors, quand dans certaines de ces communes, l’Exécutif municipal reproche aujourd’hui à la Métropole d’être la seule et unique cause des retards constatés, nous leur rappelons aussi la vérité des choses et les appelons aussi à prendre leurs part de responsabilités. On ne peut pas à la fois dans sa commune s’approprier les réalisations de la Métropole, et ici critiquer les lenteurs qui sont le résultat de ses propres choix…

La réalité est que ce chiffre de réalisation de la PPI est exceptionnel, et nous avons la volonté de poursuivre avec détermination la réalisation de cette PPI qui poursuit son accélération.

Plus globalement, notre agglomération confirme sa bonne santé économique avec un taux de chômage inférieur à la moyenne nationale (7.9% contre 9.1%), une création d’emplois et d’entreprises qui se poursuivent (+17% pour ces dernières) et une attractivité internationale qui se confirme d’année en année.

L’agence de notation Fitch a renouvelé sa confiance en la Métropole de Lyon en confirmant sa note « AA ». Monsieur le Président, vous pourriez annoncer partout et à grande renfort de publicité que nous sommes la Métropole la mieux gérée de France, mais nous connaissons tous le goût des Grands Lyonnais pour la mesure et la sobriété et qu’ils préféreront aux paroles les actes, et cette discussion budgétaire pose des actes, celle d’une PPI qui continue à se réaliser.

Depuis sa création, notre Métropole ne cesse de démontrer sa pertinence, de confirmer sa place nouvelles dans le réseau des Métropoles à dimension européenne. Elle est régulièrement primée pour ses réalisations et sa qualité de vie. Ces résultats nous encouragent à poursuivre avec détermination les choix politiques sur lesquels nous nous sommes collectivement engagés en 2014 et que nous avons réaffirmés lors de la création de notre Métropole en 2015.

Notre groupe approuve bien évidement ces orientations budgétaires claires, qui découlent avec constance de notre projet métropolitain tout en s’adaptant aux nouveaux besoins des Grands Lyonnais et au nouvel environnement économique et législatif.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed