Self Data

Intervention – Romain Blachier
Self Data
Conseil métropolitain du lundi 05 Novembre 2018

 

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les élus

La délibération qui nous est présentée ici et que notre groupe soutien porte sur le partenariat entre la Métropole et la Fondation Internet Nouvelle Génération.

La FING met le doigt sur un sujet important : les datas, ces données sur nous même que nous laissons à travers internet, dans nos interactions avec les autres et parfois sans y prêter attention.

Ces données sont d’une importance capitale pour à peu près n’importe quel secteur de notre existence. Nos habitudes de consommation, l’énergie que nous dépensons, nos déplacements, les musiques que nous écoutons, ce que nous achetons est mesuré, évalué, marchandisé. Et les rapports de toutes sortes que nous avons avec les autres, nos amitiés, nos amours qui naissent et qui meurent sont connues et déduites par des machine, ainsi que tant d’autres choses encore.

Tout cela est important pour nos vies. Tout cela est si important que des fortunes invraisemblables se sont basées sur la donnée. Toutes, absolument toutes les sociétés pesant plus de 500 milliards de dollars dans le monde reposent en partie ou en totalité sur des datas. De Facebook à Google en passant par Apple. Elles pèsent à elles seules plus que le PIB français ou britannique. Tout cela grâce à nos données. Tout en multipliant les moyens pour payer un montant fiscal ridicule. Et chaque grand lyonnais qui se connecte ou presque fourni gratuitement des données sur lui-même qui enrichissent ces multinationales du web.

Alors non la donnée n’est pas le mal. Certes en échange il est promis et réalisé des services plus personnalisés vis à vis du consommateur. Et certes bien utilisées les données peuvent nous permettre de prévenir des épidémies, de rationaliser les transports, d’optimiser les dépenses énergétiques. Ou plus prosaïquement d’être certain de trouver la pizza qui nous plaise le plus.

Mais le citoyen et l’acteur ne sait pas vraiment ce qu’il laisse comme informations et en est quelque part dépossédé. La FING nous propose de nombreuses expérimentations comme Mesinfos, qui sensibilisent les citoyens à ce qu’ils génèrent. Sensibiliser les citoyens, leur permettre de prendre conscience de ce qu’ils génèrent comme informations, de pouvoir les réutiliser et se les approprier pour pouvoir en faire un usage plus collectif, voici ce qui nous est proposé ici par la démarche self data.

Il ne faudra pas en revanche que demain, ces datas nous soient exigées. Il s’agirait là d’une intrusion dans notre santé avec un régime à plusieurs vitesse pouvant aller jusqu’au contrôle social à la chinoise dans un black mirror réalisé.

Il ne faudrait pas que la libération des données finisse par nous emprisonner.

Je vous remercie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed