Subvention à ATMO

Intervention – Sarah PEILLON
Subvention à ATMO Auvergne-Rhône-Alpes
Conseil métropolitain du lundi 5 novembre 2018

 

Monsieur le Président,

Chers collègues,

ATMO Auvergne-Rhône-Alpes est l’observatoire agréé par le Ministère de la transition écologique et solidaire pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air sur notre territoire.

Cet observatoire accomplit un travail indispensable pour nous permettre d’élaborer, d’évaluer et d’adapter nos politiques relatives à l’air et au climat, et pour accompagner les acteurs et porteurs de projet, notamment ceux du programme spécifique Ville respirable en 5 ans.

Dans son rapport annuel publié lundi dernier, l’Agence européenne pour l’environnement nous livre un chiffre effrayant : la pollution est responsable chaque année de 480 000 décès prématurés en Europe.

Même si la qualité de l’air s’améliore lentement dans l’Union européenne – les concentrations de particules fines de dioxyde d’azote et d’ozone ont légèrement reculé- le transport routier reste l’une des principales sources de pollution de l’air, avec l’agriculture, la production d’énergie et l’industrie.

Un autre rapport, celui de l’OMS, sorti le même jour, décrivant la pollution de l’air comme « le nouveau tabac », révèle que, chaque jour, 93% des enfants de moins de 15 ans (soit 1,8 milliards d’enfants dans le monde) respirent un air pollué qui met gravement en danger leur santé et leur développement. Ils sont 600 000 à en mourir chaque année.

En mai dernier, 6 pays dont la France ont été renvoyés devant la Cour de Justice de l’UE pour avoir manqué à leurs obligations en matière de qualité de l’air.

La lutte contre le dérèglement climatique et la pollution atmosphérique est un enjeu sanitaire, environnemental et social

Sanitaire, car la pollution est aujourd’hui responsable, comme je l’ai dit, de trop nombreux décès prématurés, mais aussi du développement de maladies respiratoires. Elle est aussi la cause d’accouchements prématurés, de problèmes de développement neurologique et affecte le développement neurologique et les capacités cognitives des enfants, et augmente chez eux le risque de développer des maladies chroniques comme les maladies cardio-vasculaires plus tard dans la vie.

Environnemental, car le dérèglement climatique n’est plus à démontrer, et il y a urgence à agir.

Social, enfin, car ce sont bien nos concitoyens les plus vulnérables qui sont les plus touchés.

Si notre Métropole se mobilise pour améliorer la qualité de l’air, c’est parce que nous avons pleinement conscience des enjeux. Cet engagement n’est pas récent et nous comptons le poursuivre et l’amplifier.

Le 8 octobre dernier, vous avez signé, Monsieur le Président, un pacte avec l’État pour la mise en place d’une Zone à faibles émissions (ZFE).

Cette mesure marque une étape importante dans l’engagement de notre collectivité dans la lutte contre le dérèglement climatique et l’amélioration de la qualité de l’air.

C’est une mesure importante, mais qui n’aurait pas de sens si elle était isolée: elle vient en complément des actions déjà engagées depuis plusieurs années.

En effet, la lutte pour améliorer durablement la qualité de l’air est un engagement de longue date de notre Métropole.

Ces dernières années, notre collectivité a réduit ses émissions de gaz à effet de serre alors même que sa population augmentait.

Le résultat d’une politique volontariste, menée par Gérard Collomb et ses équipes, dans les tous nos domaines de compétences, grâce notamment à la mise en place du Plan climat et du Plan Oxygène.

Il s’agit d’une série d’actions complémentaires dans tous les secteurs : transport, habitat, industrie, etc.

Parmi celles-ci, citons la « Prime air bois » pour aider les habitants à remplacer leurs chauffages au bois polluants, la « prime vélo » pour l’acquisition de vélos électriques, ou encore les aides à la rénovation thermique des logements.

Notre politique en matière de mobilités y est également pour beaucoup

Nous investissons plus d’un milliard d’euros pour l’amélioration de l’offre de transports en commun, développons le réseau de voies cyclables, l’autopartage, les points de recharge pour les véhicules électriques, et le covoiturage.

Prochainement, l’offre velo’v sera étendue sur plusieurs communes, et des velo’v électriques seront mis en service.

Récemment, la vitesse maximale autorisée sur le périphérique a été baissée, et le déclassement des autoroutes A6/A7 va permettre d’éloigner le trafic de transit du centre.

Nous activons tous les leviers possibles, avec l’aide de l’ensemble des acteurs du territoire mobilisés pour répondre présents à ce rendez-vous historique.

Les réponses sont multiples et même si nous agissons déjà, nous sommes prêts à aller plus loin.

La Métropole va bientôt adopter son Schéma directeur des énergies et se lancer dans l’élaboration d’un nouveau Plan Climat, qui fera l’objet d’une large concertation. Nous donnons rendez-vous dès le 13 décembre prochain pour le forum des solutions locales !

Le groupe Socialistes et républicains Métropolitains votera pour ce rapport.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed