Pont des Trois-Renards

Intervention – Michel Le Faou
Le Pont des Trois-Renards
Conseil métropolitain du lundi 9 juillet 2018

 

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs mes chers collègues,

Nous délibérons aujourd’hui sur les travaux de confortement et l’entretien du pont des Trois-Renards dans le cadre du CPER, ce que nous approuvons bien évidement et nous voterons sans hésitation.

Par contre, je profite de cette délibération en lien avec le CPER pour attirer une nouvelle fois au sein de cette assemblée votre attention sur le réseau ferré de l’Ouest lyonnais, réseau périphérique ferré permettant de rejoindre le cœur de notre Métropole, qu’on dénomme aussi les « 3 branches de l’ouest Lyonnais».

Ce réseau a été  inauguré partiellement de Lyon-Saint-Paul à Sain-Bel et de Lyon-Saint-Paul à Brignais, avec 2 branches sur 3 rénovées, la mise en place de tram-train sur les lignes de Sain-Bel et Brignais et la réalisation du shunt dit de « Tassin », en 2011-2012.

Depuis cette date, le nouvel Exécutif régional n’a rien entrepris pour améliorer la ligne dite de Lyon-Saint-Paul / Lozanne, ligne qui dessert Tassin la demi-lune, Écully, Charbonnières-les-bains, Dardilly, Limonest et Lissieu pour ne parler que des communes de la Métropole de Lyon.

Conséquences : le matériel est vétuste, la fiabilité n’est pas au rendez-vous, les TER sont remplacés bien souvent par des bus, et pire encore, le terminus a été avancé de Saint-Paul à Tassin, ce qui crée une rupture de charge très préjudiciable à la qualité du service.

Résultats : rares sont les personnes qui se risquent encore à vouloir prendre cette ligne, du coup, puisque la fréquentation n’est pas au rendez-vous, l’argument est facile pour « abandonner » la ligne.

Ce n’est pas faute pourtant d’avoir alerté à de multiples reprises pour que nos communes de la Métropole soient bien desservies par ce mode lourd et que des parkings relais de qualité permettent à nos concitoyens et ceux qui habitent en frange ou hors Métropole de se reporter sur les transports collectifs.

Depuis toujours, le manque de transport collectif était un handicap important pour tous les habitants de l’Ouest lyonnais.

L’arrivée du tram-train, ce nouveau mode de transport collectif efficace, fut donc une excellente nouvelle et a même été source d’attractivité pour certaines entreprises qui se développent plus facilement : c’est cela aussi une Métropole multipolaire.

Certes des opérations de modernisation des lignes sont annoncées par la SNCF en 2022. Mais, c’est un fait tout de même un peu étrange : la question du développement de la ligne Lozanne/ Lyon, demeure toujours un problème. Et si les usagers doivent obligatoirement changer de rame à Tassin, c’est surtout en raison du fameux tunnel dit des « Deux-Amants ».

Ce tunnel a un nom fort romantique, mais les difficultés quotidiennes de transport de nos concitoyens le sont nettement moins !

Actuellement, seul un train par heure est présent aux horaires de pointe. Il faut ainsi plus de 43 minutes pour rejoindre Lozanne de Lyon Saint-Paul, avec une attente supplémentaire à Tassin lors du changement de rame.

Évidemment, on peut comprendre que les voyageurs se détournent d’un mode de transport avec un temps de transport aussi peu compétitif. Et avec les désagréments que l’on peut connaître d’attente sur des quais de gare, dans le froid en hiver, ou sous la pluie… expériences que personne n’apprécie.

Des usagers qui se sont découragés donc, et dont le nombre a considérablement diminué.

La création d’un second passage sous le tunnel (élargissement par alésage) coûterait 35 à 40 millions d’euros comme suite à des études de niveau AVP menées par la Région en 2011 et cofinancées par la Métropole de Lyon.

Ce projet était inscrit au contrat de plan État-Région 2015-2020 tel que signé et permettait de l’envisager. Mais la nouvelle rédaction proposée par la Région rejette de fait la section des Deux-Amants puisqu’il s’arrête de manière explicite à Tassin sans envisager d’ailleurs le tram-train….

Pourtant, comme pour d’autres équipements, la Métropole a alerté le Président de la Région, Laurent Wauquiez, sur l’importance de cette ligne Lozanne / Lyon et la nécessité absolue de traiter le tronc commun des Deux-Amants pour donner de la fiabilité au réseau et en conforter la fréquentation.

C’est indispensable pour nos concitoyens, et aussi pour des questions de développement durable.

Lorsque l’on est aussi sensible à la question des espaces naturels de l’Ouest Lyonnais comment peut-on laisser ce secteur fréquenté par des véhicules alors que le train serait une solution bien plus adaptée aux déplacements quotidiens des personnes qui viennent travailler sur la Métropole ?

Des dernières données recueillies publiées datant de 2016, il est dit que :

140 trains assurent, chaque jour, la desserte des trois lignes, au départ de Saint-Paul. 80 desservent la ligne L’Arbresle -Sain Bel, 40, la ligne de Brignais. 20, sur la ligne de Lozanne, qui est desservie par des rames TER et non par le tram-train.

Avec 2,4 millions de voyages pour l’année. La fréquentation pour 2016, était en hausse de 7 %.

85 % des voyageurs sont des abonnés. Sur les trois dernières années, la progression est de 14 %. Sur la ligne de L’Arbresle, chaque train se compose de trois rames en heure de pointe, ce qui permet de transporter, 750 passagers, tous les quarts d’heure.

Et on nous objecterait une baisse de la fréquentation pour réfuter la mise en œuvre de cette modernisation du tunnel !

Ou bien encore, la future mise en concurrence de certaines lignes ferroviaires, pour ajourner ces travaux indispensables !

Est-ce bien raisonnable, encore une fois pour le bien-être de nos concitoyens, de faire des arbitrages budgétaires qui conduiront à une augmentation des dépenses par ailleurs ? Car évidemment, si le réseau routier est plus emprunté, il faut bien l’entretenir, pour la sécurité de nos concitoyens.

Pouvons-nous mesurer l’impact sur l’emploi, la santé, l’éducation de ces retards dans la mobilité des salariés, des jeunes, des étudiants ?

Tout cela a un coût que le Conseil régional devrait très certainement anticiper ! Anticiper, c’est le maître mot de certains dans cette assemblée. J’espère qu’ils auront à cœur, avec toute la rigueur intellectuelle qui les anime, d’en faire de même devant l’institution régionale.

Pour terminer, Monsieur le Président, mes chers collègues, je formule un souhait, vous l’avez déjà évoqué lors de la précédente séance et vous savez qu’il m’est cher. C’est la poursuite du travail sur le statut de notre Métropole, collectivité territoriale à statut particulier, qui serait que nous nous transformions à terme en Région Métropolitaine de Lyon, c’est-à-dire que le Législateur, nous conduise à absorber les compétences de la Région sur notre territoire et notamment entre autres en matière de lycées, de mobilité, de formation professionnelle.

Tout cela aurait son sens, cela supprimerait un échelon administratif à l’heure où tout le monde cherche des économies, mettrait en proximité de nos territoires la prise de décision sur ces sujets et enfin éviterait nombre de blocages ou de manque d’anticipation que nous connaissons actuellement et qui sont préjudiciables à nos concitoyens.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed