Aide au logement

Intervention – Sandrine Runel
Aide au logement
Conseil métropolitain du vendredi 27 avril 2018

Monsieur le Président,

chers collègues,

Au regard du contexte actuel, avec une hausse continue du nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté et plus de 2,5 millions de foyers allocataires du RSA, la précarité n’est pas un phénomène de circonstance, elle est devenue une composante de notre société. Si les dépenses de solidarité assurent un filet de sécurité à l’ensemble des citoyens, nous ne pouvons-nous satisfaire d’intervenir une fois la précarité installée.

Le concept de solidarité territoriale que nous défendons pour notre Métropole est un facteur de développement. Le Projet métropolitain des solidarités permet désormais de renouveler l’organisation du service social métropolitain afin de garantir un accueil inconditionnel de proximité.

Les deux rapports proposés ici, que cette assemblée a pris l’habitude d’entendre chaque année, concernent différents acteurs. Elles s’inscrivent désormais dans le cadre du plan local d’action pour le logement et l’hébergement des personnes défavorisées 2016-2020 (PLALHPD) et le projet métropolitain des solidarités.

Ces différentes actions proposées et conduites par le FNDSA, comme celles engagées par l’association Aralis, permettent d’accueillir et d’héberger les plus démunis, mais aussi de développer des actions collectives favorisant le lien social et restaurant l’exercice de leur citoyenneté. C’est plus de 1500 bénévoles qui sont engagés et 350 salariés qui œuvrent pour les plus fragilisés d’entre nous, dans une solidarité de proximité.

Pour l’année 2018, il est proposé de soutenir 6 thématiques d’intervention :

  • diffuser de l’information sur le logement, conseiller les ménages et gérer les demandes
  • développer des actions d’innovations sociales et d’accompagnement de l’évolution des politiques publiques de l’habitat et du logement, en matière notamment de :
    • logement des jeunes (avec l’URHAJ, le CLAJJ de Lyon, AILOJ)
    • développement de l’habitat participatif (Habicoop)
    • réponses aux besoins émergents ou à l’accompagnement des publics spécifiques (ALPIL, le MAS, ARTAG)
  • favoriser la fluidité et la sécurisation de l’accès au logement et à la prévention des expulsions locatives (ABC HLM, MVS, ALPIL)

Il est facile de ne voir que le verre à moitié vide, et de ne se focaliser que sur les baisses de subvention. Mais cela serait intellectuellement faux, puisque si la baisse de ces subventions est bien réelle, elle se justifie au regard de nombreux points.

Tout d’abord, les échanges engagés entre la métropole et les bailleurs sociaux, à qui nous avons demandé d’assumer pleinement leur rôle, ont permis effectivement de réaliser des économies sur les mesures d’ASLL précédemment financées par la métropole et qui désormais leur incomberont.

Et si des baisses s’appliquent, elles correspondent de fait à une réalité, celles d’associations qui l’an dernier n’ont pas réalisé l’ensemble de ces accompagnements, et qui dans le cadre d’une relation de confiance et d’un dialogue constructif ont fait l’objet d’un réajustement. Le resserrement du nombre d’opérateurs ASLL n’est donc pas subi mais concerté.

En outre il est à signaler que cette programmation prévoit par ailleurs 4 actions nouvelles par rapport aux années antérieures financées dans le cadre de ce redéploiement.

  • la première action concerne l’association AILOJ qui propose une action expérimentale visant à mobiliser des logements meublés en colocation proposés à des jeunes relevant du dispositif « garantie jeunes ». Cette action menée en lien avec les missions locales permettra de consolider le parcours de 10 jeunes entre 18 et 26 ans, sans emploi, ni formation inscrit dans le dispositif de garantie jeunes en les accompagnant vers un logement définitif à l’issue du dispositif.

Et 3 autres actions nouvelles qui s’inscrivent pleinement dans le PMS autour de projets visant à éviter les ruptures, assurer la continuité des parcours, et prévenir les situations de vulnérabilité.

Enfin, la politique de l’habitat et du logement de la métropole s’inscrit dans le cadre de coopération interinstitutionnelle dans une démarche de logement d’abord qui a déjà fait ces preuves depuis de nombreuses années chez nos voisins européens.

C’est pour l’ensemble de ces raisons que le groupe Socialistes et républicains Métropolitains votera ce rapport.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed