Vallée de la chimie

Intervention – Murielle Laurent
Vallée de la chimie
Conseil métropolitain du lundi 27 juin 2016

 

Monsieur le Président, cher(e)s collègues,

Nous évoquons ici un projet pour lequel la Métropole a été retenue, sur le périmètre de la Vallée de la chimie comme territoire d’expérimentation. Il s’appuie sur l’historique de la Vallée de la chimie et l’engagement de ses acteurs locaux.

Le projet d’ »écologie industrielle et territoriale » de la Métropole a pour objectif de faire de la Vallée de la chimie le territoire de la transition industrielle et de l’innovation en s’appuyant sur les ressources locales et les compétences et activités des acteurs locaux.

Car nous avons une préoccupation forte, partagée avec les industriels du territoire, qui est de développer les relations et les interactions entre les acteurs historiques, mais aussi, notamment avec l’appel des 30, avec ceux qui sont sur le point d’arriver. Les financements obtenus dans le cadre de cet appel à projet pourront notamment être de nature à permettre le financement d’études sur le renforcement de ce type de synergies.

L’écologie industrielle et territoriale est un concept générique. Mais il se décline en réalité de façon extrêmement concrète et nous en avons fait, à la Métropole, un axe fort de développement : comment, par la mise en place de synergies d’acteurs sur un périmètre, des coproduits, des sous-produits ou des dérivés de certains acteurs industriels peuvent être réutilisés dans le cadre d’autres process industriels : ce peut être la réutilisation de calories perdues sur certains sites de production pour en alimenter d’autres, ou la réintégration de déchets pour créer de nouveaux produits… C’est là la réalité des actions que l’on essaie de faire émerger, d’accompagner, en mettant en lien des porteurs de projets et les acteurs en place ou en cours d’arrivée sur le territoire.

Le champ d’étude et d’innovation est extrêmement vaste, mais puisque je vous parlais de concret, je veux évoquer un projet qui illustre tout l’intérêt de cette démarche d’écologie industrielle. Il s’agit de l’implantation de l’entreprise SERPOL à Feyzin.

Aujourd’hui, les terres polluées finissent la plupart du temps en décharge, ce qui est à la fois non écologique et très coûteux : cette entreprise a mis au point un système de dépollution des terres sur place, par un processus quasi-agricole, permet au bout de quelques mois de traitement de réutiliser cette terre dans le cadre d’un autre processus industriel.

Il s’agit donc non seulement d’un process innovant déclinable, créateur d’activité, mais aussi d’une réponse adaptée et intelligente à une véritable problématique locale : et bien toute l’idée de « l’écologie industrielle et territoriale », en tout cas notre vision de ce travail, est de permettre de décupler des projets de cette nature.

Le groupe Socialistes et républicains métropolitains votera bien sûr cette délibération.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed