L’Anneau Bleu

Intervention de Roland Bernard
Conseil métropolitain du 21 septembre 2015

Monsieur le Président, cher(e)s collègues,

J’ai eu l’occasion déjà dans cet hémicycle, de faire référence au projet de l’Anneau bleu, dont les délibérations de ce Conseil vont permettre de lancer la réalisation des deux dernières actions sur les douze prévues initialement.

L’Anneau Bleu, comme souligné à très juste titre dans le rapport portant sur la convention de fonction d’agglomération et de centralité entre la Métropole de Lyon et la Région Rhône-Alpes, est un élément central dans notre volonté de co-construire un paysage métropolitain d’exception.

L’Anneau bleu est venu concrétiser et mettre en cohérence, par une démarche partenariale inédite, les nombreux projets portés par les différents maîtres d’ouvrage sur le secteur du Rhône amont. Sans revenir dans le détail sur la richesse exceptionnelle de ce site, vaste archipel de 2200 hectares, espace de transition entre la ville et la campagne en même temps que trait d’union entre l’Ain et la Métropole de Lyon, je veux quand même souligner qu’aucune autre métropole européenne ne dispose, à moins de 10km de son centre historique, d’espaces naturels et industriels de cette dimension, concentrant des richesses écologiques, paysagères patrimoniales d’une qualité comparable.

Outre ces atouts inestimables, le secteur Rhône remplit par ailleurs des fonctions vitales : alimentation en eau potable, régulation de crues, production d’électricité…

Au-delà des objectifs d’aménagement et de valorisation d’un patrimoine, l’Anneau bleu constitue aussi, un véritable projet urbanistique, social, culturel et environnemental. Il entend apporter des réponses nouvelles sur les rapports à établir entre la ville, le développement urbain, les loisirs et les espaces naturels, dans la perspective d’une « métropole durable ».

Enfin, l’Anneau bleu constitue un exemple de gouvernance partenariale : réunissant sept partenaires, réalisant chaque projet avec un large co-financement, il illustre la capacité à travailler ensemble, à mettre nos énergies au service de projets communs, sur des espaces partagés, dans l’intérêt de leurs populations. Dans la période budgétaire que nous connaissons pour nos collectivités locales, il illustre également l’inventivité et la capacité à faire des décideurs locaux, pour et sur leurs territoires, lorsqu’ils avancent de concert.

Avec le lancement de ces deux projets structurants, nous arrivons en quelque sorte à la fin d’un cycle, puisque les 12 projets opérationnels initialement prévus dans l’Anneau bleu sont réalisés ou en voie de réalisation. La réussite en est incontestable, tant en termes de fréquentation, que d’image : les villes limitrophes qui lui avaient tourné le dos, redécouvrent le canal. Les habitants de l’agglomération (qui pouvaient avoir une mauvaise image des lieux et ne les fréquentaient pas) re-découvrent des sites, un patrimoine industriel (par le déversoir d’herbens, barrages…) et naturel (le Grand Large, les berges…) jusqu’ici méconnus. Cela, les chiffres de fréquentation le démontrent aisément.

Revient donc le temps d’envisager l’avenir et de prolonger notre ambition, car il reste beaucoup à faire : poursuivre, avec EDF notamment, la préservation et la mise en valeur du canal de Jonage ; étudier et encadrer le développement des abords du Grand Large, équipement métropolitain par excellence ; valoriser le centre Eau et Nature l’Iloz pour qu’il devienne un haut lieu de la sensibilisation à l’eau et de la découverte de la nature pour tous les métropolitains.

Voici donc venu le temps, mes cher(e)s collègues, et j’en finirai par-là, de redéfinir la place du Rhône-Amont dans notre vision métropolitaine, en lien avec le Symalim, le département de l’Ain et la Région, pour que les habitant(e)s de nos territoires continuent de renouer des liens toujours plus étroits avec le fleuve.

Enfin, je ne peux pas terminer mon intervention sans rappeler à tous mes collègues, Monsieur le Président, la bonne collaboration avec la Mairie de Meyzieu. Que le Maire Michel FORISSIER et son adjoint Monsieur REVELLIN en soient remerciés. Et c’est ainsi que navigua, pendant juillet et août, la navette électro-solaire à la grande satisfaction des riverains et des touristes de proximité (3 800 passagers – 80% de taux de remplissage).

Et puis un petit moment d’émotion : la participation de 50 000 euros de notre regretté sénateur Guy FISCHER, sur sa réserve parlementaire.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check Our Feed